Armel le Cléac'h conférencier FFB rencontres UMGO

Publié par Premium communication

Armel le Cléac'h conférencier FFB rencontres UMGO

Performance et dépassement de soi

Grâce à l'Agence Premium Communication, le brillant vainqueur de la dernière édition du Vendée Globe, Armel le Cléac'h, sera l'invité d'honneur des prochaines rencontres FFB organisées par l'Union de la Maçonnerie et du Gros Oeuvre.

http://www.rmgo.fr

La conférence d'Armel le Cléac'h portera sur les sujets de la performance et du dépassement de soi, deux notions fondatrices de son brillant succès sur ce tour du monde 2016-2017 à la voile, sans escale, sans assistance et en solitaire.

BIOGRAPHIE D'ARMEL LE CLEAC'H :

Skipper né le 11 mai 1977 à Saint-Pol-de-Léon


LES DATES CLÉS

1986 : PREMIÈRE RÉGATE...

C’est à l’âge de 9 ans que le jeune Armel Le Cléac’h, licencié depuis peu au Centre Nautique de Saint-Pol-de-Léon, dispute sa première course en Optimist à Carantec (Finistère). L’année suivante, il gagne sa première régate en benjamin à Térénez.

JUILLET 1997 : PREMIÈRE COURSE EN SOLO...

C’est au large que se dessine l’avenir nautique d’Armel Le Cléac’h qui, en 1997, dispute sa première course en solitaire, la Solo Le Télégramme. A 20 ans, Armel tutoie le haut niveau mais pas question pour autant de délaisser les études : baccalauréat puis classe préparatoire de Maths Sup à Lorient suivie d’un DUT de Mesures Physiques à Lannion avant d’intègrer l’INSA à Rennes en 1998. 

DÉCEMBRE 1999 : L'ENTRÉE DANS LA "COUR DES GRANDS"

Pour sa deuxième tentative, Armel Le Cléac’h remporte le Challenge Espoir Crédit Agricole avec à la clef le bénéfice d’un Figaro pour deux ans avec son budget de fonctionnement.

Figaro et budget en poche, le Saint-Politain ne tarde pas à faire des étincelles, marquant le début de saison 2000 de son empreinte (victoires sur la Solo Concarneau, l’Obélix Trophy en équipage, la Transmanche en double) ; des résultats qui lui permettent d’aborder sereinement sa première Solitaire. Et là encore, la magie opère : il termine deuxième derrière Pascal Bidégorry, une performance inégalée pour un bizuth.

AOÛT 2003 : UNE VICTOIRE EN APPELLE UNE AUTRE...

En 2003, lorsqu’il se présente au départ de sa quatrième Solitaire du Figaro avec son nouveau sponsor Créaline, Armel Le Cléac’h n’est plus un débutant. Cette édition est marquée par le changement de bateau qui, comme les compteurs sont remis à zéro, attire pas mal d’anciens (Michel Desjoyeaux, Loïck Peyron, Lionel Péan, Alain Gautier…). 4e de la première étape, Armel gagne la seconde à La Rochelle et attaque la dernière en deuxième position au général, à 19 minutes d’Alain Gautier. La fin ? Créaline franchit la ligne à la 14e place et Armel apprend qu’il l’emporte pour 13 petites secondes, le plus petit écart jamais enregistré. Cette fois, le Finistérien domine la cour des grands, récompensé d’un investissement sans faille depuis ses débuts sur le support

Neuf mois plus tard, après avoir eu des difficultés à trouver un nouveau sponsor (Groupe SCE-Le Télégramme), déniché deux semaines avant le départ, le succès est de nouveau au rendez-vous, cette fois en double, sur la Transat AG2R, remportée au côté de copain de Nicolas Troussel.

NOVEMBRE 2005 : LE COUP D'ARRÊT

Grâce à ses deux succès sur la Solitaire puis l’AG2R, Armel Le Cléac’h se voit confier en 2005 la barre du trimaran Orma Foncia. Après un chavirage lors de de la Transat Jacques-Vabre avec Damian Foxall, Arme renonce à continuer avec ce bateau.

NOVEMBRE 2008 : LA RENAISSANCE

Sans partenaire, Armel Le Cléac’h décide de viser la classe Imoca avec en lignes de mire la Route du Rhum 2006 puis le Vendée Globe 2008. En activant ses réseaux, il tombe sur une oreille intéressée chez Brit Air et le voilà parti pour une aventure de cinq ans en monocoque Imoca qui débutera par une prometteuse quatrième place sur la Route du Rhum 2006 et se poursuivra par une deuxième place sur le Vendée Globe 2008-2009, son premier tour du monde initiatique à bord d’un plan Finot-Conq construit chez Multiplast. L’histoire avec Brit Air se termine en beauté, sur « une dernière année incroyable » en 2010, marquée par deux victoires, sur l’AG2R et la Solitaire du Figaro, et une deuxième place sur la Route du Rhum pour la dernière sortie de l’Imoca Brit Air !

NOVEMBRE 2012 - JANVIER 2013 : LA RÉGATE PLANÉTAIRE

Au sommet de la hiérarchie nautique tricolore, Armel Le Cléac’h ne reste pas bien longtemps sans partenaire : début 2011, Banque Populaire, désireux de se lancer dans un premier projet de Vendée Globe, le contacte puis le choisit pour prendre en main l’ancien Foncia 2 de Michel Desjoyeaux en vue du tour du monde. Troisième de la Jacques-Vabre 2011, le Finistérien se présente un an plus tard au départ de son second Vendée Globe dans la peau d’un sérieux prétendant à la victoire. Mais pour 3h17, plus faible écart jamais enregistré sur le tour du monde, et au terme d’un « mano a mano » haletant avec François Gabart, c’est encore à la deuxième place que termine Armel. Du côté du skipper comme de son partenaire, l’histoire, vécue avec passion, ne peut se terminer ainsi : « Au départ, nous n’étions partis que pour une édition. Mais cela leur avait tellement plu chez Banque Populaire que quelques semaines après l’arrivée, ils m’ont proposé d’y retourner en me donnant les moyens de jouer la gagne. » Le marin réfléchit, consulte ses proches avant d’accepter. Le projet Banque Populaire VIII peut démarrer…

AOÛT 2014 : LA DÉCHIRURE

Avant même de s’élancer pour son deuxième tour du monde (Vendée Globe 2012-2013), Armel Le Cléac’h sait que l’aventure avec Banque Populaire se poursuivra sur trois coques à son retour. L’idée est de disputer la Route du Rhum sur l’ancien Groupama 3, vainqueur de l’édition 2010 avec Franck Cammas, alors racheté par Banque Populaire. Malgré son expérience malheureuse de 2005, Armel s’en réjouit. Mais en août 2014, tout s’écroule : victime d’une blessure à la main droite, Armel doit renoncer à s’aligner au départ de Saint-Malo. Même la victoire de Loïck Peyron, appelé à la rescousse par Banque Populaire, ne suffira pas à consoler le Saint-Politain : « le moment le plus dur de ma carrière »

NOVEMBRE 2015 : PREMIER TEST SUR LA TRANSAT JACQUES VABRE AVEC BANQUE POPULAIRE VIII

Alors que les abandons se succèdent sur avaries structurelles (onze sur vingt partants), Armel Le Cléac’h et Erwan Tabarly traversent en bons marins la tempête, ne prennent pas de risques inconsidérés, et signent une prometteuse seconde place derrière Vincent Riou et Sébastien Col (PRB).

MAI 2016 : OBJECTIF THE TRANSAT

Sur la route le préparant à son troisième Vendée Globe consécutif, Armel Le Cléac’h a pris la décision de disputer « The Transat Bakerly » la fameuse Transat Anglaise entre le Sud de l’Angleterre et la côte Est des Etats-Unis et qui a notamment révélé un certain Eric Tabarly, en 1964. À l’issue de 12 jours et 2 heures d’une course menée tambour battant mais avec intelligence et brio, c’est chose faite ! Armel Le Cléac’h est le premier à passer sous le pont de Verrazano, devant… Vincent Riou (PRB).

6 NOVEMBRE 2016 : DÉPART DE LA RÉGATE PLANÉTAIRE !

À 13 heures 02 précises, le Prince Albert de Monaco donne le départ du Vendée Globe 2016-2017 aux 29 concurrents !

Sur son Banque Populaire VIII, Armel Le Cléac’h ne tarde pas à s’installer en tête, confirmant son statut de grand favori, mais découvre rapidement que son plus coriace concurrent est Gallois, et se nomme Alex Thomson. Le « mano a mano » entre les deux hommes est déjà digne d’une régate côtière et durera jusqu’aux derniers jours de course.

19 janvier : le rêve se réalise !

C’est à 16 heures 37, le jeudi 19 janvier qu’Armel Le Cléac’h coupe la ligne d’arrivée en grand vainqueur. " Chaque mètre gagné était très dur... Je la voulais tellement cette victoire. J'ai réussi. "

Le skipper du monocoque Banque Populaire VIII, peut lever les bras au ciel. En 74 jours 3 heures et 35 minutes, il vient d’établir le nouveau temps de référence sur le tour du monde en monocoque en solitaire, sans escale et sans assistance, améliorant le chrono de 3 jours 22 heures et 41 minutes, réalisé il y a quatre ans, par François Gabart. Mieux, il est le premier à terminer trois Vendée Globe de suite, classé sur le podium (2ème en 2009, 2ème en 2013, 1er en 2017).

PALMARÈS

- Vendée Globe :

  • 1er en 2016-2017 (Banque Populaire VIII) en 74 jours 03 heures et 35 minutes
  • 2e en 2012-2013 (Banque Populaire VI)
  • 2e en 2008-2009 (Brit Air)


- Défi Azimut : 1er des "24h Azimut" en 2016 (Banque Populaire VIII)


- The Transat : 1er en 2016 (Banque Populaire VIII)


- Transat Jacques-Vabre : 2e en 2015 (Banque Populaire VIII), 3e en 2011 (Banque Populaire VI), 7e en 2007 (Brit Air)

- Records en solitaire : Méditerranée en 2013 (18 heures 58 minutes 13 secondes), Route de la Découverte (6 jours 23 heures 42 minutes 18 secondes) et 24 heures (682 milles) en 2014

- Route du Rhum : 2e en 2010 et 4e en 2006 (Brit Air)


- Solitaire du Figaro : 1er en 2010 (Brit Air) et 2003 (Créaline), 2e en 2000 (Crédit Agricole)

- Autres : Vainqueur de la Transat AG2R 2010 (Brit Air) et 2004 (Groupe SCE-Le Télégramme), champion de France de course au large en solitaire en 2003


Vous souhaitez organiser une conférence avec Armel le Cléac'h ?
Premium Communication, Agence de Conférenciers et Journalistes-Animateurs
Contact Armel le Cléac'h  : agence@premium-communication.fr - 01 42 50 06 56

33 (0) 1 42 50 06 56
agence@premium-communication.fr
fond-premium-communication

Premium Communication

Premium Communication propose l’intervention de Personnalités à l’occasion de Séminaires, Assemblées Générales, Congrès, Conventions, Forums, Salons…

Nos clients sont indifféremment des entreprises de toutes tailles, collectivités locales, chambres de commerce et d’industrie, chambres des métiers et de l’artisanat, fédérations professionnelles, organisations patronales, associations, écoles…